Self-inspection et Progression par Jeanne Goubet

Je veux partager ce belle et inspirante essai de Jeanne pour la formation des enseignants qu'elle a complété avec nous!  
Merci Jeanne!


En relisant le samkalpa que j’avais écrit quelques mois avant le début de la formation, je réalise à quel point mes attentes étaient grandes et un peu trop exigeantes. Je comprends que j’exigeais beaucoup de moi, de ma manière d’être et mon engagement de manière générale. 


Finalement, quelques mois plus tard, j’ai changé mon état d’esprit face à ces exigences, pour être plus à l’écoute de ma véritable évolution. Je vois que toutes les choses que je souhaitais atteindre ne sont pas « atteintes », mais sont sur le chemin, dans une voie de progression, qui sera- je le réalise et c’est positif- toujours en progression, jamais « atteintes », mais plutôt comme un apprentissage continu.

Le concept de « Tapas » a pris tout son sens pour moi : l’idée de « burning desire » et d’effort constant pour aller vers le meilleur de soi me permet de trouver l’équilibre entre ce qui est dans le présent et ce vers quoi je tends à évoluer au fur et à mesure.

La seule certitude que j’ai est la solidification, la création d’un vrai socle autour du yoga. Une de mes évolutions est tout simplement la pratique.

Pratique des asanas d’abord. Régularité, concentration et profondeur dans la pratique. L’envie d’aller pratiquer sur mon tapis presque quotidiennement par choix et par envie, pour dépasser les obstacles du mental. Je vois bien que les jours où mon énergie est basse, je sens que je pourrais me dire de trainer et de faire circuler en moi des pensées négatives. Finalement, il y a un appel à l’intérieur de moi qui me pousse à pratiquer ma série d’ashtanga, qui me ramène immédiatement après ma pratique à des réflexions positives, l’envie d’ouverture, l’envie de bienveillance pour moi et pour les autres. Mon tapis de yoga est comme le miroir de ma conscience, si j’arrive à dépasser les obstacles pour pratiquer malgré tout, cela débloque toutes les bonnes choses en moi et me donne envie d’être une meilleure personne. Cela a également renforcé mon choix d’avoir une pratique saine «safe» grâce à l’apprentissage de l’anatomie, le respect des limites de mon corps et l’écoute de soi.

Ma pratique du yoga est devenue plus matinale : c’est une volonté pour moi de me dévouer à ma pratique le matin, d’ouvrir ma journée par le yoga. Ce qui était difficile pour moi auparavant est devenu peu à peu une nécessité, avec soit une pratique posturale, soit uniquement du pranayama et un moment de méditation chez moi, soit les deux.

Une pratique également plus générale dans ma vie : le fait de me sentir plus ouverte et d’accorder plus d’espace à ma vie spirituelle, à la réflexion, à l’apprentissage, à l’écoute – la vraie écoute – des personnes autour de moi.

J’ai la sensation intérieure de grandir chaque jour avec le yoga, et de manière encore plus profonde depuis la formation d’Antibes. J’ai aussi mieux appris à me connaître et à m’accepter. Au lieu de me voir autrement ou de me dire qu’il y a des choses qui ne vont pas, j’essaie plutôt d’assumer qui je suis, avec moins de jugement. Tout en prenant conscience des fonctionnements en moi plus négatifs ou malveillants, je suis consciente que les changements prennent du temps. En étant plus dans l’acceptation et dans le contentement, je sens que c’est un immense pas que je suis en train de faire, par rapport au jugement et à l’impatience que j’ai pu connaître dans ma vie auparavant.

C’est aussi l’envie de vivre - et d’agir - avec mes propres valeurs qui me guide aujourd’hui, en donnant le meilleur de moi pour mettre en pratique l’apprentissage du yoga dans ma vie quotidienne : l’amour de la vie, la liberté, la spiritualité, la créativité.